exposition-visions-fantastiques-albert-brenet-et-damien-colcombet

Exposition Visions fantastiques. Damien Colcombet et Albert Brenet

Du 20 mars au 17 juillet 2021

Quand l’un des plus fameux sculpteurs animaliers de l’époque rencontre sur les murs un monstre sacré de la peinture. En exclusivité en Bretagne, le Centre Cristel Éditeur d’Art à Saint-Malo présente le sculpteur animalier Damien Colcombet et le peintre Albert Brenet… Du 20 mars au 17 juillet, une trentaine de bronzes et une quarantaines d’œuvres papier sont à découvrir en entrée libre, au cours de cette 26e exposition.

Lire plus

Œuvres exposées

VISIONS FANTASTIQUES !

Damien Colcombet – Albert Brenet

Comment ne pas y revenir ? Oui, comment ne pas rappeler l’admiration que lui voue Alain Delon, celui-ci tombé en arrêt devant ses sculptures ? Histoire souvent contée : c’était à la charnière des années 2005-2006, lorsque le célèbre acteur fit entrer deux de ses pièces, un gorille et un chimpanzé, dans sa prestigieuse collection. Depuis, si Damien Colcombet n’a rien renié de ce formidable parrainage, c’est peu dire qu’il a poursuivi son chemin, marquant définitivement son époque. Au point qu’en septembre 2018, le magazine Chasses internationales pouvait l’introniser de la sorte : « Sculpteur animalier surdoué, probablement le plus brillant de sa génération dans la veine figurative. » De fait, un surdoué, dont les livres nous apprennent qu’il est né à Rennes en 1967 et vit aujourd’hui à Lyon, où s’élève dans un parc son bronze, grandeur nature, d’une girafe léchant son girafon.
Par quel mystère cet homme-là réussit-il tant de prodiges ? Nous pensons connaître son secret : la force du regard, la sûreté de ses doigts, la patience, la passion, mais surtout l’indicible frisson, présage d’une exigence, sans laquelle il n’existe pas de chefs-d’œuvre. Et n’est-ce pas ce que démontre son troisième rendez-vous au Centre Cristel Éditeur d’Art à Saint-Malo, où il est exposé en exclusivité en Bretagne ? L’évidence d’un travail accompli parce que maîtrisé geste après geste, à l’instar d’un dompteur qui n’aurait que sa main pour créer l’indispensable confiance entre lui et la bête. On songe, du reste, au titre d’un petit recueil : Colcombet, l’animal. Façon d’expliquer combien l’artiste s’investit et s’incarne dans son bestiaire, de mois en mois plus étonnant et varié. Bestiaire domestique, avec des ânes, des chevaux, des taureaux, des canards, des vaches, des verrats. Bestiaire sauvage avec ses fameux éléphants, ses lions, ses tigres, ses rhinocéros, ses girafes, ses gorilles et ses ours. Bestiaire marin enfin, puisque ce descendant breton cisèle désormais, avec le même bonheur, cachalots, orques, baleines, requins, narvals. Sans oublier son inimitable fou de Bassan…
Bref, un Damien Colcombet authentiquement marin, dialoguant de plain-pied avec un nouveau venu : l’illustre et magnifique Albert Brenet, lui aussi proposé en exclusivité au Centre Cristel Éditeur d’Art. Faut-il encore présenter ce peintre reporter, né en 1903 et décédé en 2005, après avoir couru la terre soixante-dix années durant ? ! Ce peintre, fou d’ailleurs et de mouvement, aux gouaches si étourdissantes qu’un de ses disciples, Serge Marko, a rapporté qu’il fut un temps où chaque étudiant en art « cherchait désespérément à atteindre cette technique dite "à la Brenet" ! » Derrière l’incontestable génie de la touche, s’esquissait alors le portrait d’un maître couvert d’honneurs, nommé peintre de l’Air en 1936, peintre officiel de la Marine en 1954, peintre de l’Armée de terre en 1959, et maintes fois exposé, maintes fois récompensé puis acheté par les musées. Au demeurant, un chic type, préférant nettement sa liberté à la gloire, et multipliant les sujets avec autant de conscience que d’allant. Ou l’art de fixer savamment les détails au sein d’un ensemble enlevé, toujours très coloré, débordant de joie, débordant de vie… Ce dont témoigne ce premier accrochage à Saint-Malo : des campagnes françaises, les montagnes du Tyrol, les sables brûlants de Tunisie, l’Espagne, les Pays-Bas, sa fascination pour le Japon. Et, bien sûr, son propre bestiaire, réunissant d’impétueux croquis de lions, de tigres, de chevaux… Encore une fois, quel trait ! quel souffle ! Des coups de griffes et des horizons qui amorcent un joli tour du monde en 31 peintures et dessins, toutes et tous inattendus et vibrants. Visions fantastiques !

Christophe Penot