jacques-villegle

Jacques VILLEGLÉ (né en 1926)

« Seul créateur européen vivant accroché dans la salle dédiée au Pop’Art, à New York, en 2004, lors de l’inauguration du MoMA agrandi », peut-on lire régulièrement à son propos. Une façon d’écrire, évidemment, que Jacques Villeglé, né le 27 mars 1926, est l’un des principaux maîtres de notre temps ! Un Breton de vieille souche venu, un jour d’août 1947, dans le Saint-Malo dévasté par la guerre. Son dessein, à l’époque, tandis qu’il sortait diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Nantes, section architecture ? Aider à la reconstruction de la ville… C’est ainsi, chemin faisant, qu’il butta sur un fil d’acier soufflé par une bombe. Il le prit en main, l’étudia longuement. Un fil d’acier ? Non, à mieux observer, une sculpture inattendue, formant un couple de danseurs. L’art de Jacques Villeglé était né.

On sait comment cet homme s’occupa par la suite : il flânait dans les rues, prélevant des morceaux d’affiches collées puis abandonnées à tous les hasards, aux passants, aux orages et aux vents. Affiches arrachées, recadrées, tendues et marouflées sur une toile pour devenir d’authentiques œuvres d’art — ses fameuses affiches lacérées, aujourd’hui conservées et admirées dans les plus prestigieux musées du monde… Pourtant, que de dédains et d’incompréhensions au début de sa carrière ! Mais le jeune créateur persévéra, faisant bientôt reconnaître son geste pour ce qu’il était : une action poétique, une transformation visionnaire que l’histoire de l’art associa, en 1960, au Nouveau Réalisme. Parce que tel aura été finalement le destin de Jacques Villeglé : incarner, non pas l’idée d’un savoir-faire, mais l’idée d’un savoir-voir. L’idée que le beau existe en soi, libre et souverain.

Quelle leçon ! Celle d’un enchanteur qui a trouvé place dans la mémoire collective, auprès des Brassaï, Robert Doisneau et Henri Cartier-Bresson. Nous sommes donc particulièrement heureux de rappeler ici que le Centre Cristel Éditeur d’Art, ouvert en avril 2014, consacra sa première exposition à cet artiste inégalable, inimitable. Un artiste auquel nous devons aussi ce qu’il faut regarder comme le plus touchant de ses bronzes : « Saint-Malo. Là où tout a commencé… »

Tiré à huit exemplaires. Et signé Jacques Villeglé !

 

Le Centre Cristel éditeur d’art à Saint-Malo lui a d’ailleurs consacré un grande exposition pour son inauguration en 2014.

 

Œuvres de Jacques Villeglé